Se connecter

Depuis le début du XVIIIème siècle jusqu’à la deuxième moitié du XXème siècle, le site de la Pointe-au-Sel a été consacré à la production saline.

Lieu idéal avec toutes les conditions réunies : ensoleillement abondant, une eau claire spécialement comblé en chlorure de sodium, en calcium et en magnésium, des pluies rares..

Délaissé pour celui produit à Maurice ou Madagascar au début des années 1940, le sel de Saint-Leu est à nouveau produit sous l’égide du Conservatoire du Littoral.

La Pointe au sel est l’unique site où l’on produit du sel à La Réunion. Le Musée du sel a été installé dans l’ancien magasin où l’on conservait le sel après son extraction des bassins.

Le musée propose aujourd’hui une visite des bassins qui permettent ces récoltes, ainsi qu’un rappel historique sur cette production unique dans l’île!

TRÈS PEU CONNU, CET ENDROIT DEMEURE UN INCONTOURNABLE DE LA RÉGION OUEST DE L’ÎLE.

UN ENDROIT QUI DEMEURE INCONTOURNABLE

Propriété du Conservatoire du Littoral, la Pointe au sel est le seul site où l’on fabrique du sel à La Réunion.

D’abord appelée la Pointe de Bretagne, la Pointe au Sel, doit son nom à l’exploitation du sel qui était utilisé comme conservateur.

C’est dans l’ancien magasin utilisé dans le passé pour sécher le sel que le musée a élu domicile.

Saint-Leu est le site idéal pour faire du sel, car l’eau de mer est particulièrement chargée en chlorure de sodium, en calcium et en magnésium.

À cela s’ajoutent une pureté de l’eau, un ensoleillement généreux et des pluies rares.

Le musée nous apprend que les Bretons furent les premiers à extraire le sel à La Pointe au Sel et qu’au début du XVIIIe siècle les habitants obtenaient les précieux cristaux blancs en déposant de l’eau de mer dans de grandes feuilles de palmiers.

C’est le blocus empêchant l’importation de sel en provenance de Madagascar qui va pousser les Réunionnais à produire leur propre sel, seul moyen de conserver leurs aliments périssables.

À la fin du XIXe siècle, Jean Dussac, alors propriétaire de l’usine de Stella Matutina, aménage le site pour produire du sel.

La production atteint 250 tonnes en 1944

Mais après la Seconde guerre, la reprise des importations en provenance de Madagascar et de Maurice, condamne le sel réunionnais.

Il faudra attendre 1961 pour être témoin de la remise en opération des salines. Celle-ci durera jusqu’en 1972.

1996 voit la renaissance des salines. La production de sel restera artisanale.

L’histoire est contée à travers une exposition permanente autour de la découverte du sel depuis sa production à sa consommation.

Le musée accueille aussi des expositions temporaires autour de la même thématique. Les damiers de sel jonchent la partie est du musée.

Le Musée du Sel est opérationnel depuis 2007.

L’entrée est gratuite.

Musée ouvert du mardi au dimanche De 9h00 à 12h00 / 13h30 à 17h00 Fermé le lundi et le 1er mai

Vidéo

Ajouter un avis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qualité du Service
Rapport qualité-prix
Emplacement
Propreté