Se connecter

Blog île de La Réunion

Articles de blog sur l'île de La Réunion
Une île singulière, une histoire singulière

Une île singulière, une histoire singulière

Histoire

L’île de la Réunion a une histoire similaire à celle de Maurice et a été visité, mais pas réglé, par les premiers marins malais, arabes et européens.

L’archipel, composé de Maurice, Rodrigues et Réunion, a été baptisé les Mascareignes par le navigateur portugais Pedro de Mascarenhas, suite à sa découverte européenne en 1512.

En 1642, les Français ont colonisé l’île.

Lorsque La Compagnie des Indes Orientales envoyé son navire, le Saint Louis, et le roi de France l’a nommé ile Bourbon.

A la fin du XVIIe siècle, la population pouvait être divisé en propriétaires français blancs et en esclaves africains et malgaches.

Il n’y avait pas de grande ruée pour peupler et développer l’île et, vers 1685, les pirates de l’océan Indien ont commencé à utiliser l’île Bourbon comme base commerciale.

Jusqu’en 1715, la Compagnie française des Indes orientales se contente pour subvenir uniquement à ses propres besoins et à ceux des navires de passage, mais a été introduit, et entre 1715 et 1730, il est devenu la principale monnaie de l’île et, par conséquent, l’économie a radicalement changé.

Les Français réduits en esclavage aux Africains de faire le travail intensif nécessaire à la culture du café.

Pendant cette période, les céréales, les épices et le coton ont également été importés comme cultures de rente.

Comme l’île Maurice, la Réunion est devenue adulte sous la direction du remarquable Mahé de La Bourdonnais qui a servi de 1735 à 1746.

Cependant, La Bourdonnais a traité l’île Maurice comme la favorite des îles sœurs et la Réunion a été laissée dans un rôle de Cendrillon.

En raison d’une mauvaise gestion et de la rivalité entre la France et la Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, ainsi que de l’effondrement de la Compagnie française des Indes orientales, le gouvernement de l’île passa directement à la couronne française en 1764.

Après la Révolution française, il relève de la compétence de l’Assemblée coloniale.

À la fin du XVIIIe siècle, il y a eu un certain nombre de révoltes d’esclaves et ceux qui ont réussi à s’échapper se sont dirigés vers l’intérieur.

Ils se sont organisés en villages dirigés par des chefs démocratiquement élus et se sont battus pour préserver leur indépendance vis-à-vis des autorités coloniales.

Les plantations de café ont été détruites par les cyclones très tôt au 19e siècle et en 1810, pendant les guerres napoléoniennes, Bonaparte a perdu l’île aux mains des Britanniques.

Cinq ans plus tard, en vertu du traité de Paris, le butin a été rendu aux Français.

Les Britanniques ont cependant conservé leur emprise sur Rodrigues, Maurice et les Seychelles.

Sous la domination britannique, la canne à sucre a été introduite à la Réunion et a rapidement supplanté la production alimentaire comme principale culture.

Au cours de cette période, les frères Desbassyns ont connu le succès en tant que premiers barons du sucre de l’île.

L’industrie de la vanille, introduite en 1819, connaît également une croissance rapide.

Un grand nombre de colons blancs sont arrivés trop tard pour avoir accès à la terre et, exclus du système de plantation, se sont retirés dans les hautes terres, où ils constituaient une population blanche pauvre (“Petits blancs”).

L’abolition de l’esclavage en 1848 a conduit les propriétaires fonciers blancs à recruter des travailleurs sous contrat pour leurs plantations, en particulier les Tamouls.

Leurs conditions n’étaient souvent pas meilleures que celles des esclaves qui les avaient précédés.

La plupart des Tamouls sont restés à la fin de leur contrat de cinq ans et ont continué à travailler pour les propriétaires fonciers blancs.

Au tournant du siècle, des Gujaratis chinois et musulmans sont arrivés à la Réunion pour vendre de la nourriture et des textiles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *